La pesée du coeur d'Hounefer

Scène de la pesée du coeur du scribe royal Hounefer




La mort est une étape trés importante pour les Egyptiens et non une fin. C'est le passage vers l'au-delà. Tout est minutiusement préparé pour que l'entrée dans le royaume des morts soit reussie : offrande, momification...

Avant d’accéder au royaume des morts, le défunt doit accomplir un dangereux voyage. Des monstres prêts à le dévorer sont embusqués sur sa route, puis il traverse la rivière sur la barque du dieu solaire Ré et enfin il doit convaincre les gardiens des portes infernales d'ouvrir le royaume

C’est alors le début de l’ultime étape : le jugement







Normalement, 42 juges ( un pour chaque province d’Egypte), interrogent le mort, qui affirme n’avoir jamais commis le mal.




Ici, 14 juges sont présents, 14 est à mettre en relation avec le cycle lunaire. 7 juges portent la croix de vie : ce sont les dieux Rê, Atoum, Chou, Tefnout, Geb, Sekhmet, Horus de gauche à droite). Les 7 autre juges sont : Isis, Nephthys, Hou, Sia et trois divinités représentant des provinces (nomes) d'Egypte





Anubis, dieu de la momification, emmène Hounefer dans la salle jugement où se trouve la balance. Depuis la ceinture d'Anubis pend la queue de taureau qui fait partie des ornements royaux.






Sur l’un des plateaux était déposé le coeur du défunt, siège de la mémoire de toutes ses actions pendant sa vie. Sur l’autre, Anubis déposait une plume, symbole de Maât, déesse de la vérité et de la justice. Si le coeur et la plume s’équilibraient, le défunt était appelé «juste de voix» et avait accès à la vie éternelle auprès de ceux qu’il aime.

Si le cœur est trop lourd de toutes les fautes commises pendant sa vie, il servira de repas à un monstre affreux : la Dévorante ( monstre à tête de crocodile et à corps de lionne et d’hippopotame ).

Thot, dieu de l’écriture, inscrit le résultat de la pesée.




Ensuite, Horus , fils d’Osiris, invite Hounefer maintenant "justifié" à pénétrer dans le royaume d'Osiris.

Osiris, président du tribunal, assis sur son trône (placé sur le "lac de natron") s'apprête à accueillir le défunt dans son royaume d'éternité.
Le dieu Osiris porte la couronne Atef, un grand collier autour du cou et il tient dans ses mains les attributs du pouvoir royal : la crosse et le fouet ( à l'origine le fouet servait à pousser le bétail et la crosse à les saisir par les pattes).




Derrière Osiris, se tiennent les deux soeurs d'Osiris, Isis et Nephtys qui ont pour rôle de protéger le défunt. Sur la feuille de lotus (symbole de renaissance) les 4 petites statuettes représentent les 4 fils d'Horus, protecteurs des entrailles (on mettait les vicères du défunt dans des vases appelés "canopes" qui représentaient les 4 fils d'Horus).

Au-dessus nous trouvons un œil Oudjat ailé tenant dans ses griffes le signe chen et une plume qui apportera le souffle vital à la vie


Photo du papyrus original au British Museum de Londres:




4 commentaires:

Anonyme a dit…

super intéressant pour mon exposé!

Anonyme a dit…

Saurais tu peut être la dimension, juste de cette scène la du papyrus ??

Steve LELIEVRE a dit…

Moi j'ai une reproduction sur papyrus d'égypte, depuis bientôt 27 ans en excellent état, les dimensions de cet extrait issu du livre des mort mesure 71cm x 26cm, le papyrus lui mesure environ 1m x 35cm

Anonyme a dit…

Pourriez vous m'aider? Quel est la fonction de Hounefer s'il-vous-plaît?